Quartiers riches, quartiers pauvres

Marseille, une ville en partage

« Le voyageur pourrait penser que les quartiers riches sont au bord de l’eau — comme à Nice —, que les quartiers pauvres sont au pied de ces collines escarpées où le vert des arbustes, des genévriers et des chênes rampants lutte avec le gris clair de la roche. Eh bien, non ! La mer ici appartient à tous. Les quartiers nord – les secteurs déshérités – offrent le même somptueux littoral que les quartiers sud, plus riches.  » [1]

Marseille-01 Marseille-02

« La ville est en partage. Le centre (une partie paupérisée, une partie bourgeoise) appartient à tout le monde, aux pauvres comme aux riches. Le samedi, c’est toute la jeunesse de Marseille, de toutes les conditions sociales, qui se donne rendez-vous devant les vitrines des magasins. Et, le dimanche, les plages artificielles du Prado, près des quartiers chics de la ville, attirent des milliers de promeneurs qui viennent des quartiers pauvres. Ce sont les populations aisées qui, elles, auraient tendance à se sentir alors exclues. Elles s’exilent, ces jours-là, vers les plages les plus huppées du Var. Le voyageur s’attend ici à se trouver dans une ville italienne. Comme Naples ou Milan. Il va en fait se retrouver dans une ville grecque qui a le goût de la tragédie. »


Ronchin : pourquoi «La Comtesse» est-elle devenue le quartier le plus pauvre de la ville? 

Ronchin - Marseille

« Une lente dégringolade. Lorsqu’ils sont sortis de terre dans les années soixante, soixante-dix, les quatre immeubles (Comtesse-de-Ségur, Condé, Jules-Romain et Marcel-Bertrand) ont attiré de jeunes couples issus des classes moyennes, voire supérieures. La résidence, proche de Lille et Villeneuve d’Asq, était propre, entretenue. Et puis ces familles ont quitté les lieux pour rejoindre des maisons et les choses se sont dégradées progressivement. Le bailleur Habitat du Nord a racheté les bâtiments Comtesse, Condé et Marcel-Bertrand en 1987 et on constate depuis que l’ensemble n’échappe ni à la paupérisation, ni aux trafics de stupéfiants, incivilités et feux de poubelles.

Un quartier dense. Le périmètre pris en charge dans la politique de la ville s’étend, en plus de « L Comtesse », aux maisons des rues Mozart, Blum et Bara. Ce qui représente au total 1 400 habitants et 642 logements sociaux, des T2 et T3 pour l’essentiel où les rotations sont régulières, tous les trois à cinq ans par appartement.

Mais même s’ils sont lumineux et bien agencés, on ne se bouscule pas pour s’y installer. À Ronchin, il faut compter une bonne année d’attente pour obtenir un logement social. Pourtant, il arrive régulièrement que des propositions du bailleur soient refusées par les familles.

752 € par mois. Pour faire partie de la politique de la ville, il faut que les revenus des foyers n’aient pas dépassé 11 250 € en 2011. Le quartier ronchinois est loin du compte : cette année-là, le salaire annuel par famille était de 8 700 €, soit 725 € par mois. Le taux de chômage frôle les 13 % (avec un pic à 19 % à Condé), contre 9 % pour l’ensemble de la ville. Sur les 1 400 habitants, 16 % touchent le revenu de solidarité active (avec un pic à 26 % à Marcel-Bertrand). Et 84 locataires sont inscrits à l’épicerie solidaire qui a ouvert au pied du bâtiment principal. » [3]

 

South Bronx : Un quartier loin des clichés habituels

Le Bronx est l’un des 5 boroughs de la ville de New York. Très connu pour sa réputation sulfureuse et dangereuse, il est pourtant intéressant à visiter. Ce quartier comporte de jolies maisons bourgeoises, des parcs agréables et des lieux historiques. South Bronx est le quartier du Bronx le plus proche de Manhattan ; ce quartier reste l’un des plus pauvres de New York. Cependant, South Bronx fait face à une profonde mutation.

D’une part, la ville de New York a mis en place une politique efficace en matière de sécurité en renforçant la présence policière dans ce quartier. D’autre part, South Bronx poursuit sa spectaculaire transformation avec la restauration de ses magnifiques maisons et avec la construction de nouveaux logements sociaux modernes. Cette partie du Bronx commence à se gentrifier du fait de sa proximité du borough de Manhattan.

Bronx-01

[1] Vidal, S. (2009), Marseille, une ville à visiter avec le cœur ouvert, 1e avril.

[2] Idem.

[3] Bausière, C. (2014), Ronchin : pourquoi «La Comtesse» est-elle devenue le quartier le plus pauvre de la ville ?, 6 juillet.

[4] Plus belle New York (2014), La visite de South Bronx, un quartier charmant loin des clichés habituels sur le Bronx, 26 octobre.
Textes rapportés et compilation effectuée par Georges Vignaux, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s