Du social au territoire

Une « logique » sous-jacente aux relations sociales
Divers courants de recherche se sont développés ces dernières décennies, insistant sur l’importance des « rituels » formalisant la vie sociale. On sait aujourd’hui que l’adaptation humaine tend en permanence à l’instauration et à l’entretien du lien social. On sait encore que cette régulation des échanges humains dans l’espace public vise sans cesse à la réciprocité et à l’équilibre. La vie sociale est ainsi un véritable laboratoire d’observations visuelles sur ces logiques subtiles fondant l’urbanité.

Une ou des « cités » ?
Il y a différents modèles de la cité :

  • la « cité domestique », au sens où le lien entre les habitants est conçu sur sur le modèle du lien de parenté ;
  • la « cité civique » où, à l’instar du Contrat social de Rousseau, les êtres sont régis par la notion d’un intérêt général ;
  • la « cité industrielle », qui est celle de l’efficacité selon Saint-Simon ;
  • la « cité marchande », telle que définie par Adam Smith où le lien social est assuré par la convoitise partagée des biens rares ;
  • la « cité de l’opinion », où les seuls gens importants sont les leaders d’opinion (journalistes, personnalités publiques) ;
  • la « cité inspirée », sur le modèle de saint Augustin où les relations entre personnes sont fondées sur des valeurs transcendantes.

Toutes ces figures aujourd’hui ne cessent de se combiner selon les publics et les territoires.

Des sociabilités à la fois restreintes et ouvertes
De là vient le paradoxe de nos urbanités : à la fois, on se replie sur des espaces familiaux restreints, parfois inexistants, et on se lance dans des parcours sociaux et spatiaux de plus en plus étendus. Le « village » demeure, mais il devient sinon planétaire comme chez les « branchés » des réseaux sociaux, du moins régional. Dès lors, les frontières et les ouvertures des espaces urbains sont autant physiques que symboliques et cognitives (perceptions).

Les nouvelles organisations humaines
D’autres logiques en effet, apparaissent, qui vont modeler le territoire urbain en traduisant les grands mouvements économiques et ethniques de la ville moderne : petites entreprises circuits commerciaux et/ou touristiques, pôles administratifs, quartiers des loisirs et de la restauration. Les formes d’organisation du travail ont changé et par là, les visibilités de l’activité dans le territoire. Et tout le jeu est social avant d’être économique : les règles relèvent davantage de l’échange que de la production, du flux que de la marchandise proprement dite.

Des règles en mutation
Ces nouvelles règles du social sont-elles formalisées ? Assurément non, car dans l’espace public, tout participe autant de l’écrit (mal connu) que du codifié (perçu plus que su). L’ordre social se nourrit ainsi davantage de l’inertie des règles que de leur instanciation (le citadin « écrit » l’espace, mais ne le « lit » pas). Par là, en définitive, de nouvelles figures de l’urbain se recomposent, produites par l’action collective et la connectivité, retravaillant sans cesse le lien social.

Des solidarités toujours recomposées
Autrefois, des réseaux sociaux fondés sur le voisinage ou l’intérêt ou les affinités culturelles formaient le tissu social. Ces réseaux, en dépit des perturbations graves causées par l’industrialisation et l’urbanisation accélérée, ressuscitent aujourd’hui sous forme de solidarités liées à des circuits d’échanges activés par des cultures autant pratiques que symboliques. Ces cultures sont tributaires à la fois de localisations précises (des espaces circonscrits) et de « récits » plus généraux (des « ouvertures » se jouant des frontières locales.

© Georges Vignaux, 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s