Le tampon féminin réinventé

| Cahier 4 |

La société newyorkaise SheThinx propose un design qui prend de plein front le contrepied du marketing à propos des menstruations. Nous savons tous comment la publicité télévisée et dans les magazines représente visuellement les tampons féminins : (i) seul le tampon est représenté ; (ii) quand il comporte un liquide, celui-ci est de couleur bleu et non rouge comme peut l’être le sang ; (iii) on ne voit jamais la partie du corps où celui-ci doit être appliqué ; (iv) les mots pour décrire précisément les menstruations sont rarement mentionnés.

Et c’est ici où SheThinx se démarque, en proposant un boîtier qui, lorsqu’on le déballe, indique clairement où le tampon doit non seulement être inséré, à savoir dans le vagin, mais montre aussi comment l’appliquer. Autre particularité visuelle intéressante, la portion glissante de l’emballage représente les lèvres du vagin, celles-ci accompagnées de quelques poils pubiens. Donc, impossible de se tromper à la fois sur la destination du produit, son application et son utilisation.

En fait, la société SheThinx s’est donnée pour mission de combattre ce qu’elle nomme le patriarcat de la représentation socialement attendue des menstruations, et de redonner aux femmes l’appropriation visuelle de leur propre intimité génitale. Autrement dit, ce qui est socialement attendu, c’est « Cachez ces règles et leurs manifestation qu’on ne saurait voir… », sans compter que, à quelques exceptions près, quand les règles apparaissent à l’écran, c’est ou traumatisant, ou gênant, ou stressant, ou offensant, ou ridicule, ou carrément catastrophique.

Concrètement, depuis la révolution féministe des années 1970, le message qui est encore et toujours envoyé aux jeunes femmes, en est un qui est forcément très négatif à propos de leur propre corps, alors qu’il s’agit d’un processus biologique normal et universel. Pour s’en convaincre, il suffit de faire une recherche sur Google avec les mots « women period », pour constater à quel point la représentation visuelle des menstruations est soit quelque chose de désagréable, soit une question de pédagogie à propos de la biologie, soit des femmes à l’humeur aigri.

| Cahier 4 |

© Rima Sabina Aouf, 2017
© Photos : SheThinx