Le téléviseur fondu dans le décor ambiant

| Cahier 4 |

Yves Béhar fait partie de ces designers qui travaillent particulièrement le visuel en lien avec la fonction. En fait, Béhar considère qu’il est grand temps que non seulement nos objets d’utilité courante se fondent dans le décor, mais que, ce faisant, ils gagnent aussi en fonctionnalité.

Samsung s’est associé au designer Yves Béhar pour créer un téléviseur qui se fond dans le décor ambiant. Concrètement, le téléviseur devient un cadre en lui adjoignant des bordures qui le font effectivement ressembler à un cadre. Il suffit par la suite de le fixer au mur et le tour est joué. Et c’est là où toute la magie d’un design réussi et fonctionnel prend toute sa mesure. Pour s’en convaincre, visionnez attentivement cette vidéo.

L’idée, selon Béhar, est de faire en sorte que le téléviseur signale le moins possible sa présence dans une pièce donnée. Pour Béhar, étant donné que la maison ou l’appartement de la majorité des gens dispose d’un espace plutôt restreint, lorsque le téléviseur est éteint, celui-ci occupe un espace visuel qui pourrait être autrement occupé. En fait, Béhar s’est posé deux questions. Premièrement, « Et si le téléviseur était en mesure d’offrir une autre expérience ? ». Deuxièmement, « Et si le téléviseur se fondait dans le décor lorsqu’il n’est pas utilisé ? ».

Partant de là, lorsque le téléviseur ne syntonise pas une chaîne télé, ou s’il n’est pas utilisé pour écouter un DVD ou Netflix, ou s’il n’est pas monopolisé pour jouer à un jeu vidéo, il se place en « Art Mode », c’est-à-dire qu’il affiche des oeuvres d’art de différents artistes que l’utilisateur peut lui-même choisir, ou bien affiche des photos de l’album de famille.

Outre ces caractéristiques de base, la luminosité de l’écran s’ajuste automatiquement à la lumière ambiante lorsque le téléviseur est en « Art Mode », faisant en sorte que l’œuvre d’art ressemble effectivement à une oeuvre d’art et non à un téléviseur. Au final, le résultat est que le téléviseur se fond dans le décor de la même façon que le fait une peinture ou une photographie.

| Cahier 4 |

© Alice Morby, 2017 / texte
© Photos : Yves Béhar