Marie-Claude Bourbonnais : les produits dérivés

| Cahier 2 |

Ayant conscience que le corps change inévitablement d’apparence avec les années, Marie-Claude sait qu’il ne lui sera pas toujours possible d’incarner les adolescentes ou les jeunes femmes omniprésentes dans les univers de manga et d’animes. Dans cette industrie, le vieillissement devient un stigmate, glissant hors du champ des apparences valorisées et dérogeant aux valeurs centrales de la modernité : la jeunesse, la séduction, la vitalité et le travail1. Marie-Claude et son conjoint se sont donc tournés vers la création de gammes de produits. Certains de ces produits sont par exemple dérivés du personnage d’Aimsee, dont le nom se prononce comme les initiales de Marie-Claude en anglais (MC). Dans le jargon du domaine, il s’agit d’un original character, c’est à dire la création de son propre personnage.

© EuD /Marie-Claude Bourbonnais /Aimsee, personnage original

Comme pour tous les personnages d’animes, Aimsee évolue dans un univers fantastique à travers lequel les amateurs peuvent suivre son histoire. Ici, le rêve et le style sont des dimensions mobilisées au service du management2. Néanmoins, il ne suffit pas de lancer des produits révélant une qualité technique; il faut être tendance et spectaculaire, avec de nouvelles lignes présentées comme des collections à la mode.

Cette version animée de Marie-Claude, est à son image, les cheveux courts et blonds, la taille fine et de gros seins

© Kamina / Marie-Claude Bourbonnais / Aimsee, personnage original

Pour intéresser les consommateurs, « le design doit communiquer, raconter une histoire pour séduire, faire rêver, donner du plaisir3 ». Dans cette logique, des artistes ont été engagés pour dessiner des versions différentes d’Aimsee, toujours mise en contexte dans son univers fictionnel. Par exemple, l’un des produits dérivés du personnage est un tapis de souris pour ordinateur avec un appuie poignet en gel ayant l’apparence d’une poitrine opulente. Il y a également les dakimakura (produit issu de la culture populaire japonaise), une taie d’oreiller de corps représentant un personnage de manga, ainsi que les chibis, qui sont des personnages dessinés avec une tête disproportionnée par rapport au corps représenté (toujours d’inspiration japonaise).

Collage d’images des produits dérivés d’Aimsee

Après être devenue une personnalité dans l’univers médiatique du cosplay et avoir construit sa réputation de costumière, il semblait cohérent et logique pour Marie-Claude de mettre en scène un personnage la représentant. En fait, elle considère que sa participation et son engagement dans l’univers du cosplay ont ajouté une valeur authentique et une légitimité à son personnage. D’ailleurs, les produits dérivés du personnage Aimsee ont été très bien accueillis par les amateurs de manga et d’anime. Par la création, la production et la commercialisation de ces objets, Marie-Claude espère générer assez de revenus pour opérer une transition, l’objectif étant de mettre doucement de côté son rôle de modèle féminin en photographie, ainsi que le cosplay, pour se consacrer davantage à la confection vestimentaire, sa passion d’origine.

| Cahier 2 |

© Olivier Bernard (Ph. D.), Marie-Claude Bourbonnais, 2017

__________
Références
1 Le Breton, D. (2003), Anthropologie du corps et modernité, 3e édition, Paris : Presses Universitaire de France.
2 Lipovetsky, G., Serroy, J. (2013), L’esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalise artiste, Paris : Éditions Gallimard, p. 362.
3 Idem., p. 259.