Marie-Claude Bourbonnais : les univers du cosplay

| Cahier 2 |

L’industrie du cosplay a procuré une visibilité internationale à Marie-Claude dans le cadre de plusieurs projets. Notamment, il y a eu une collaboration avec l’entreprise de jouets Soda Pop Miniatures (maintenant Ninja Division), spécialisée dans la fabrication de jeux de table et de figurines miniatures. Cette dernière lui a proposé d’être modèle pour incarner plusieurs de leurs personnages lors de conventions de jeux de table.

© Ninja Division Soda Pop Miniatures / Marie-Claude Bourbonnais / Super Dungeon Explore

L’industrie du cosplay a procuré une visibilité internationale à Marie-Claude dans le cadre de plusieurs projets. Notamment, il y a eu une collaboration avec l’entreprise de jouets Soda Pop Miniatures (maintenant Ninja Division), spécialisée dans la fabrication de jeux de table et de figurines miniatures. Cette dernière lui a proposé d’être modèle pour incarner plusieurs de leurs personnages lors de conventions de jeux de table.

Figurines originales de Lug et Betty du jeu Relic Knight

Cette collaboration, qui a débuté en 2011, est encore et toujours d’actualité. À un certain moment, les concepteurs de jeux ont même eu l’idée de créer des personnages à l’effigie de Marie-Claude dans leurs différents systèmes de jeux. Ces personnages portaient parfois son nom et étaient vêtus d’un costume qui s’agençait au style de l’ensemble des autres personnages de chacun des jeux. Marie-Claude se trouvait donc dans une situation cocasse, à savoir celle de confectionner des costumes pour, en quelque sorte, réaliser un cosplay d’elle-même. La collaboration avec Ninja Division a forcément évolué, et en 2015, un autre projet a vu le jour : la fabrication d’un gigantesque robot en fibre de verre représentant le personnage de Lug du jeu Relic Knights. Rappelons-nous qu’elle avait déjà utilisé ce matériau pour de petites pièces, mais ce nouveau défi nécessitait d’agrandir l’éventail de ses compétences et de développer une nouvelle expertise technique. Bien qu’artisanal, ce projet allait mener Marie-Claude et son conjoint vers la diversification de leurs techniques, mais surtout vers une polyvalence indispensable aux créations qui nourrissent le marché des industries culturelles. Affirmant que ce projet a été l’un des plus importants de sa vie, Marie-Claude a décrit sa création comme un colosse d’approximativement 3 mètres de hauteur, une construction qui a nécessité plus de 7 mois de travail.

© Ninja Division’s Game Relic / M.-C. Bourbonnais / Betty & Lug cosplay

En 2016, un autre projet de fibre de verre émerge. En effet, Ninja Division engage Marie-Claude et son conjoint pour construire une installation cosplay d’envergure représentant une femme-araignée, Rachnera Arachnera. Cette dernière, l’un des personnages du manga Monster Musume, un manga immensément populaire distribué par Seven Seas Entertainment (une entreprise qui traduit des mangas japonais pour le marché américain), dont la version animée (Everyday Life with a Monster Girl), connait également un très grand succès. Quand on comprend que le personnage de Rachnera Arachnera provient d’un univers où les femmes sont toutes des hybrides — femme-oiseau, femme-cheval, femme-araignée, etc. —, on saisit immédiatement l’intérêt pour la chose.

© Image originale de Rachnera Arachnera

Partageant un kiosque commun à l’Anime Expo de Los Angeles (la plus importante convention d’animes en Amérique du Nord), Ninja Division et Seven Seas Entertainment souhaitent décorer leur emplacement avec le personnage de Rachnera Arachnera. Des photos de la femme-araignée en fibre de verre, servant de costume pour incarner le personnage de Rachnera Arachnera, ont par la suite été virales sur Internet. Marie-Claude a ainsi bénéficié d’un large qui adhérait déjà à ce manga/anime. Okayado, nul autre que le dessinateur original du manga, republiait même les photos des étapes de construction du personnage qu’elle avait mises en ligne : une consécration inattendue.

Marie-Claude Bourbonnais / Rachnera Monster Musume Cosplay

La popularité des créations de Marie-Claude est grandement redevable à l’importance symbolique que les fans accordent à la multitude des univers fantastiques qui sont au cœur de l’industrie culturelle du cosplay. Même si, dans le cas de Rachnera, être dans la tendance du moment a contribué au succès du costume, il n’est pas essentiel que les personnages incarnés suivent la mode ; il suffit que le costume représente une figure connue et préférablement populaire gravitant dans le patrimoine de l’univers fantastique des mangas, des animes, des films ou des jeux vidéo pour susciter l’intérêt. À preuve, Marie-Claude a aussi confectionné le costume de R. Mika du jeu Street Fighter. Elle l’a porté en 2011 lors du Tour ConComics au Mexique et le résultat fut un succès monstre.

© R. Mika / Street Fighter / M.-C. Bourbonnais

| Cahier 2 |

© Olivier Bernard (Ph. D.), Marie-Claude Bourbonnais, 2017