Le design et nos réflexes de consommation

D’un strict point de vue sociologique, le design du logo d’une marque contribue à normaliser des attitudes et des comportements, surtout si ce logo, de un, perdure dans le temps, et de deux, s’il engage les consommateurs à effectivement associer un produit à une entreprise et vice-versa. Jetez un coup d’œil à l’image ci-dessus, et vous constaterez que même si les logos ont été enlevés, vous serez tout de même en mesure de reconnaître de quel produit il s’agit.

C’est donc en ce sens qu’un logo peut devenir une construction sociale, c’est-à-dire qu’il engage visuellement à la fois les institutions et les individus à non seulement reconnaître un produit, mais aussi à évoquer ce qu’il représente, c’est-à-dire qu’il crée du repère social. Dans le cas présent, même si le logo a été retiré, l’autre repère visuel qui contribue à l’identification certaine des produits en question est bien la forme du produit.

Cette expérience marketing, The Quiet Shop, menée par le célèbre magasin Selfridges de Londres, montre à quel point nous sommes constamment bombardés d’informations et de stimuli visuels qui contribuent au bruit visuel ambiant. Comme le souligne le département marketing de Selfridges, il s’agit d’une initiative qui va bien au-delà de la simple vente au détail, qui invite à la célébrer le pouvoir du visuel silencieux, de voir la beauté des formes qui se cache derrière leurs fonctions, et finalement de trouver le calme dans toute la cacophonie visuelle qui nous entoure.

© Rose Etherington, 2017 / texte


Pierre Fraser, Ph.D., 2017 / portion sociologique