Le succès entrepreneurial et sa représentation

Le succès, comme discours de la mouvance entrepreneuriale, tout comme d’autres domaines où s’articule la société, possède ses propres codes de représentation iconographiques.

Dans une société néolibérale qui privilégie particulièrement l’individu architecte de sa vie, maître de son destin et entrepreneur de lui-même, qui cherche à faire en sorte que l’individu soit le plus autonome possible, qu’il dépende le moins possible de l’État, qu’il assume la responsabilité totale et entière de tout ce qui lui arrive, même s’il n’en est pas directement responsable — fermeture d’usine, délocalisation, contexte économique, etc. —, il est nécessaire de produire une certaine représentation iconographique qui célèbre le succès, tout en occultant ce qui précède le succès, à savoir le doute, les difficultés et même l’échec.

Sept repères visuels, en particulier, représentent le succès entrepreneurial. Pour rappel, un repère visuel signale des valeurs sociales et consiste aussi à différencier ce qu’il convient ou non de faire en fonction de leur désirabilité du point de vue du groupe qui génère la norme. Dans le cas de figure présent, la norme iconographique du succès est généralement représentée par (i) le fait d’atteindre le sommet, (ii) d’avoir les bras levés en forme de V, (iii) de montrer le poing de la détermination, (iv) de représenter le dynamisme et la fougue, (v) de regarder droit devant soi (la route du succès), (vi) de pointer la flèche du succès, (vii) de bannir les mots qui ne font pas référence au succès — il ne s’agit pas là d’un relevé exhaustif, mais tout de même représentatif).

Atteindre le sommet
succes-top-01

Les bras levés en forme de V
succes-mains-01

Montrer le poing de la détermination
succes-mains-02

Représenter le dynamisme et la fougue
succes-dynamique-01

Regarder droit devant soi (la route du succès)
succes-route-01

Pointer la flèche du succès
succes-fleche-02

Bannir les mots qui ne font pas référence au succès

succes-mot-01

L’ensemble de tous ces repères visuels forment des parcours visuels. Ces parcours visuels désignent un lieu — espace circonscrit, géographique ou conceptuel —, où l’individu se déplace en suivant une direction plus ou moins déterminée dans le but d’accomplir une action. Les parcours visuels, en fonction du lieu (géographique ou conceptuel) où ces derniers s’inscrivent, forment aussi des parcours sociaux pour certaines classes sociales et groupes sociaux, déterminant d’autant certaines attitudes et comportements.

Partant de là, la classe entrepreneuriale a mis en place une représentation visuelle (repères visuels qui construisent des parcours visuels) qui fait appel à des attitudes de gagnant, de battant et de fonceur, lesquelles représentations fonctionnent comme autant de valeurs sociales à lesquelles l’entrepreneur en devenir ou l’entrepreneur établi doit adhérer au risque de subir la stigmatisation et l’exclusion sociales de ce même groupe.


Pierre Fraser, 2017