Rencontre photographique

| Scènes de rue |

Ce n’est pas chose courante que l’œil d’un passant rencontre l’œil de la caméra de cette façon. Alors que j’étais accroupi pour arriver à saisir la géométrie de la rue St-Joseph du quartier St-Roch (Québec), cet homme s’est pointé juste au moment où j’allais appuyer sur le déclencheur. Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’il regardait la caméra d’un œil amusé et surpris à la fois. Mais au-delà de ce regard peut-être complice, j’en ai profité pour recadrer le vieil homme dans son contexte alors qu’il me dépassait, puisque tout juste derrière moi, se tenait un jeune couple aux vêtements griffés sortant tout juste la boutique de chaussures haut de gamme John Fluevog.

Les attitudes corporelles construites à partir de corps fatigués, de vêtements usés et élimés, la démarche lente et les itinéraires discrets, en contraste avec l’environnement global mobile, traduisent une certaine inertie, un certain abandon au sort. À l’inverse, les corps jeunes et énergiques, vêtus à la dernière mode et à la démarche affirmée sont en contraste, dans les sociétés occidentales, avec une large part de la population vieillissante. Tous ces types de silhouettes construisent l’insolite en contexte. Concrètement, la géométrie sociale se construit toujours à partir de contrastes, de là la nécessité de tout un travail de typification des attitudes corporelles qui reste encore à faire.

La photo ci-dessus traduit deux phénomènes : (i) la façon de se vêtir de certaines personnes démunies et la posture corporelle, parfois prostrée, des gens défavorisés (certes, tous les gens défavorisés n’ont pas une posture corporelle prostrée ni ne porte tous des vêtements défraîchis) ; (ii) la façon dont les attitudes corporelles des uns et des autres entrent en contraste (le vieil homme au dos voûté et aux vêtements élimés s’est arrêté un instant devant un jeune couple en face de lui, jeune couple aux corps droits et aux vêtements frais et propres).

Au total, en ce qui concerne cet homme sur la photo, les vêtements fripés et élimés, la posture du corps, l’âge de l’homme, sont tous des repères visuels qui tracent des parcours d’interprétation à la fois visuels et sociaux, délimitent un territoire visuel et social, le quartier St-Roch de Québec, quartier en processus de revitalisation, où se vit la mixité entre gens bien nantis et démunis.

Et il est là le pouvoir de la photographie qui fait dans la scène de rue, en ce sens qu’elle montre ce qu’aucune analyse en chiffres et en mots serait capable de livrer comme information.

© Pierre Fraser (Ph. D.), 2017 / texte et photos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s