Garde-robe personnelle

| Scènes de rue |

La photographe philippienne Yanni Panessa nous propose une incursion dans la vie d’un jeune adolescent défavorisé de Manille. Il va sans dire que le contraste est particulièrement saisissant entre la garde-robe d’un adolescent européen ou nord-américain et celle de l’adolescent de Manille. Malgré le minimalisme évident des lieux et la pauvreté qui semble l’accompagner, il faut aussi constater le soin mis à bien ranger les choses : les sacs à dos sont accrochés, les vêtements sont sur leurs cintres, les cartons au sol sont bien attachés pour former un tout qu’il sera possible de déplacer aisément, un balai plus que rudimentaire, adossé à un mur graffité, complète le portrait. Partant de cet agencement des lieux que nous propose cette photographie, il est dès lors possible de commencer à imaginer en quoi peut consister la vie d’un jeune adolescent défavorisé de Manille.

Mais au-delà de ce contraste, et surtout au-delà de ce qu’on peut imaginer de la vie de cet adolescent, il faut aussi voir comment s’articule le vocabulaire utilisé dans le paragraphe ci-dessus. Tout d’abord, il est à peu près certain que lecteur que vous êtes n’a possiblement pas réagi au mot « défavorisé ». C’est-à-dire que vous avez admis de facto ce mot sans ce qu’il ne vous pose aucun problème. Si cette photo révèle une condition économique bien précise, les mots pour l’interpréter, par contre, eux, ne sont pas les mêmes en fonction de l’époque.

Dans les années 1960 ou 1970, au lieu d’employer le mot « défavorisé », on aurait vraisemblablement employé le mot « exploité ». Et la différence est importante, car un exploité est sous la coupe d’un exploiteur, tandis qu’un défavorisé est quelqu’un qui n’a tout simplement pas eu de chance dans la vie. Ce faisant, on déplace forcément le sens de l’explication. Herbert Marcuse aurait dit du mot « défavorisé » qu’il est un concept opérationnel, c’est-à-dire que celui-ci nous amène à considérer le capitalisme, non pas comme une forme d’exploitation, mais bien comme une forme d’adaptation aux conditions du marché.

| Scènes de rue |

© Photo : Yani Panessa
© Pierre Fraser (Ph. D.), 2017 / texte